Bruno Mingeon Raphaël Poirée Carole Montillet Brian Joubert Doriane Vidal Vincent Vittoz
Le guide de l'athtète
Le guide anti-dopage

Le site du CNOSF
Le journal de Bruno Mingeon >

Bruno Mingeon : "C'est le grand jour"

Le 18/02/2006

Chaque jour, Franceolympique.com recueille les propos de Bruno Mingeon, porte-drapeau et capitaine de l'équipe de France olympique à Turin. Aujourd'hui, c'est parti, Bruno participe à sa première compétition : le bob à deux avec Stéphane Galbert, à partir de 17h30 sur la piste exigeante de Cesana Pariol. Il faudra d'abord la dompter et réaliser d'entrée une bonne première manche pour bien lancer sa course.

"Ce samedi, ça y est, c'est le grand jour. La compétition démarre. Première et deuxième manche de bob à deux avec mon coéquipier Stéphane Galbert. Le bon point, c'est que je commence à avoir la ligne. La ligne qu'il faut prendre sur cette piste très difficile. Maintenant, il faut le faire en compétition. J'espère que nous pourrons nous situer dans le «Top 12», ce qui serait notre meilleur classement de la saison.

Cette piste est vraiment exigeante, il faut savoir s'y prendre dans la «pression», c'est-à-dire conserver des lignes basses, forcer un peu plus sur les poignées, anticiper partout pour passer le plus bas possible dans les courbes, car si on remonte, rien que de 10 cm, on perd directement sa vitesse. Ce matin, lors de l'avant-dernière manche d'entraînement, nous nous sommes placés 9e à 4/10e du meilleur temps. Ca n'a l'air de rien, mais en bob, c'est un gouffre. La dernière manche s'est moins bien passée.

Les chronos tournaient ce matin autour de 56", en compétition, ce sera dans les 55" avec une vitesse maximum d'environ 130 km/h. Nous l'atteignons en fond de piste, à la sortie des virages 15 et 16. Physiquement, tout va bien, nous nous sommes bien entraînés. Question matériel, il n'y aura pas de choix à faire puisque nous avons décidé de rester avec la même paire de patins toute la saison. S'il neige, puisque c'est une possibilité, l'idéal serait qu'ils n'arrosent pas la piste. S'ils ont le temps de la nettoyer et de l'arroser, les premiers partants seront avantagés.

Nous sommes dans le 2e groupe, notre ordre de départ sera donc 20 dans la première manche et 11 dans la seconde : les départs sont inversés dans chaque groupe d'une manche à l'autre. Je ne pense pas que les conditions de glace vont influencer mon classement puisque ceux avec qui je vais me battre auront les mêmes conditions. Avec Stéphane, tout se passe bien, nous avons fait toute la saison ensemble, nous sommes motivés pour pousser fort. Je suis juste un peu énervé d'avoir fini sur une mauvaise descente d'entraînement. Il faudra se concentrer et réussir à faire un bonne première manche pour lancer notre course. Notre bob n'est pas très performant par rapport aux engins allemands, suisses, russes, canadiens, mais au niveau où nous devons nous battre, ce n'est pas un problème.

Je ne manque jamais de me tenir au courant des résultats des autres membres de l'équipe de France Olympique. Je salue Karine Ruby pour son immense carrière. J'espère que ça finira par rigoler pour Vincent Vittoz. Philippe Cavoret, mon ami, a raté sa première manche en skeleton, il est bien remonté ensuite, mais cela n'a pas été suffisant. Je suis déçu pour lui : ça n'a pas souri. Il a amené son sport au premier plan, espérons que d'autres suivront sa trace.

Demain, j'espère bien que les biathlètes vont réussir de grandes choses dans la poursuite, tout comme les skieurs alpins dans le Super-G. Je suis en fin de programme. On verra bien ce qui se passera...