Bruno Mingeon Raphaël Poirée Carole Montillet Brian Joubert Doriane Vidal Vincent Vittoz
Le guide de l'athtète
Le guide anti-dopage

Le site du CNOSF
Le journal de Bruno Mingeon >

Bruno Mingeon : "De belles émotions"

Le 21/02/2006

"Ce fut un lundi bien rempli, pour ce qui devait être une journée de repos ! Le matin, nous sommes allés rentrer le bob dans son container en bas de la piste de Cesana Pariol avec mes coéquipiers Alex Vanhoutte, Pierre-Alain Menneron et Christophe Fouquet. Nous avons travaillé sur notre positionnement dans l'engin, les épaules, le casque, la position des cales-pieds, des poignées. Nous avons simulé des embarquements. Nous avons étudié la position du «n°2», Christophe Fouquet, pour qu'il ne me gène pas quand je pilote, et l'aérodynamique pour un «dégradé des place». Le N°2 se baisse le moins... jusqu'au «breaker», le N°4, qui pour sa part se baisse le plus.

L'équipe se constitue de la façon suivante : Christophe Fouquet en latéral gauche, Pierre-Alain Menneron en latéral droit, Alex Vanhoutte en N°4, Breaker, le dernier qui monte dans le bob, notre «sprinter», qui rentre les poussoirs et aussi qui freine le bob à la fin. Etre pousseur à droite ou à gauche, cela dépend des sensations. On peut se sentir plus fort d'un côté ou de l'autre.

Nous avons enchaîné sur une séance de physique, musculation, sauf moi, au lendemain du bob à deux. J'ai fait de la relaxation. C'est à ce moment que nous avons appris que Joël Chenal était 2e du Géant après la première manche. Comme le village de Sestriere est juste à côté de la piste, nous sommes vite rentrés pour déjeuner et nous sommes montés pour voir la 2e manche. C'était géant ! Jo est passé après les deux Autrichiens qui avaient fait une descente de feu, et il n'a pas craqué. Je le connais bien. Il méritait amplement cette médaille.

Nous avons à peine eu le temps d'échanger quelques signes, et Joël a été happé par les journalistes. On se reverra au village ! Cela fait des années que je le vois s'entraîner, je le croise souvent à la salle de ‘muscu' de Bourg-Saint-Maurice. C'est un gars très sérieux et un super skieur. Ses deux manches, il fallait les sortir ce jour-là !

En rentrant au village, j'ai croisé Carole Montillet qui s'était classée 5e du Super-G. Je lui ai dit « tu ne peux pas avoir de regrets. Tu t'es blessée, et tu nous fais un truc comme ça aujourd'hui, tu es vraiment une grande championne». Elle ne semblait pas déçue. Quand je pense qu'elle a une côte fêlée, qu'elle a couru avec un strapping autour du dos !

Ce fut une belle journée, de belles émotions. Et c'est bien tombé pour nous. Nous avons pu aller voir une course, et la médaille était au bout !

Alors j'espère que nous allons continuer sur ce rythme. J'ai une pensée pour les biathlètes, je crois qu'ils vont nous faire un truc mardi dans le relais. Ils sont sur une belle dynamique. En combiné nordique, nous suivrons avec attention Jason Lamy-Chappuis et ses coéquipiers. Et pour notre part, nous participerons le matin au premier entraînement officiel en bob à quatre.

J'espère que ça partira bien !"