Bruno Mingeon Raphaël Poirée Carole Montillet Brian Joubert Doriane Vidal Vincent Vittoz
Le guide de l'athtète
Le guide anti-dopage

Le site du CNOSF
Le journal de Bruno Mingeon >

Bruno Mingeon : "Derniers réglages"

Le 12/02/2006

Chaque jour, Franceolympique.com recueille les propos de Bruno Mingeon, porte-drapeau et capitaine de l'équipe de France olympique à Turin. Dimanche, le pilote a définitivement configuré son bob avant de l'envoyer à la décoration, et n'a pas manqué de vibrer devant les exploits d'Antoine Dénériaz en descente, une victoire dont il s'inspirera au moment de s'élancer sur la piste de Cesana Pariol

"Ce dimanche matin, nous avons fait trois descentes d'entraînement sur la piste de la Plagne. Sur les deux premières, je n'avais pas de bonnes sensations. Il y avait là le Russe Zukov avec son équipe, l'un des prétendants au titre à Turin, et c'était intéressant de s'étalonner par rapport à lui. On était à trois ou quatre dixièmes de lui, un peu trop loin à mon goût. Pour notre 2e descente, j'ai changé les patins. La glace était à -10° et nous avons été moins rapides.

Je sais donc que dans les mêmes conditions, je n'utiliserai pas ces patins sur la piste de Cesana Pariol. Nous avons enfin fait une 3e descente en travaillant sur la souplesse du bob. Nous avons assoupli les ressorts de l'articulation du châssis et le rappel de direction pour avoir de meilleures sensations. C'était les derniers réglages. Le bob sera dans cette configuration pour la course olympique. Maintenant, il part à la décoration. Il sera bleu, orné d'un coq sur le nez, «France» sur les deux côtés avec un drapeau bleu blanc rouge et un autre coq.

Avant d'aller déjeûner, j'ai vu la descente d'Antoine Dénériaz. J'ai hurlé dans ma chambre. Le voir attaquer comme il l'a fait, ce pur moment de grâce m'a inspiré. Tout ce qu'il a tenté, il l'a réussi. Il était limite, mais dans la bonne limite, il a pris les risques qu'il fallait pour gagner. J'ai aussi vu Vincent Vittoz. Le final de sa course, c'était vraiment costaud. Il n'a pas à rougir de sa 6e place.

Demain lundi, nous attaquons avec mes coéquipiers un travail physique pour deux jours avant de revenir à Sestrière. A Doriane Vidal, Cécile Alzina et Sophie Rodriguez, Sandrine Bailly, Florence Baverel, Sylvie Becart et Delphyne Peretto, j'adresse tous mes vœux de réussite pour les compétitions qu'elles vont disputer lundi. Sans oublier Marylin Pla et Yannick Bonheur qui, je l'espère, nous montreront de belles choses dans leur programme libre. Où que nous nous trouverons, nous continuerons à soutenir tous les athlètes de l'équipe de France olympique à Turin".