Bruno Mingeon Raphaël Poirée Carole Montillet Brian Joubert Doriane Vidal Vincent Vittoz
Le guide de l'athtète
Le guide anti-dopage

Le site du CNOSF
Le journal de Bruno Mingeon >

Bruno Mingeon : "Percer les secrets de la piste"

Le 21/02/2006

Chaque jour, Franceolympique.com recueille les propos de Bruno Mingeon, porte-drapeau et capitaine de l'équipe de France olympique à Turin. Après les deux premières descentes d'entraînement en bob à quatre, mardi sur la piste de Cesana Pariol, Bruno cherche encore la ligne idéale sur cette piste qui ne lui a pas encore révélé tous ses secrets. Quatre manches d'entraînement restent encore au programme avant la compétition

"Je n'ai pas encore percé les secrets de cette piste. J'ai toujours les mêmes soucis au niveau de la ligne. Aujourd'hui, nous avons fait nos deux premières descentes en bob à quatre avec mes coéquipiers Christophe, Pierre-Alain et Alex. Je ne peux pas dire que je fais de grosses fautes au niveau du pilotage, mais j'ai toujours un problème de trajectoires. Trop haut, trop bas, ça tourne au casse-tête intégral. J'ai plutôt été rapide en fond de piste cette fois, et plutôt lent au milieu. Soit l'inverse des jours précédents en bob à deux.

Ca s'est mieux passé lors de la première descente. Dans la 2e, nous étions lents un peu partout. Mais c'est sans doute dû à un problème de patins. Une tendance de glisse. Nous avons changé les patins, peut-être qu'ils étaient mal poncés. Nous nous situons au 18e rang de ces manches d'entraînement, à 7/10e des meilleurs. En l'occurrence, le bob Allemagne-1 d'Andre Lange. Ils sont quatre ou cinq dans le même dixième de seconde, ça situe le niveau!

Notre bob est incliné au niveau du châssis, ça permet logiquement de passer plus bas dans les lignes et de moins « piloter », il s'inscrit mieux dans la piste, mais pas assez à mon goût. Je suis toutefois surpris par le fait qu'il réagit assez bien. Il doit logiquement me permettre de faire un bon dosage au niveau des manettes, une bonne anticipation pour ne pas trop forcer. Le problème reste le même : conduire au bon moment, mettre le nez du bob dans la ligne avec le timing idéal, trouver le maximum de fluidité.

Au niveau de la poussée, ça a été assez décevant. Nous avons dû faire un petit briefing après cet entraînement. Nous valons beaucoup mieux que les chronos que nous avons réalisés dans cette phase de l'action.

En rentrant au village, j'ai vu Joël Chenal que je connais bien. J'ai enfin pu le féliciter. J'ai touché sa médaille. Je crois qu'il apprécie beaucoup tout ce qui lui arrive, et qu'en même temps, il est fatigué de son marathon médiatique. Mais « Jo » a la tête sur les épaules. Je suis sûr qu'il ne changera pas.

Mercredi, il y a le slalom dames. Allez les Françaises ! Allez Laure ! Il y a aussi le géant parallèle messieurs en snowboard. J'espère que Mathieu Bozzetto pourra couronner là sa belle carrière. Tous mes vœux de réussite à Nicolas Huet également. N'oublions pas le ski de fond, le sprint hommes et dames à Pragelato. Bonne chance à tous ! Pour notre part, nous avons encore deux descentes d'entraînement au programme en soirée.

A demain !"