Bruno Mingeon Raphaël Poirée Carole Montillet Brian Joubert Doriane Vidal Vincent Vittoz
Le guide de l'athtète
Le guide anti-dopage

Le site du CNOSF
L'actualité >

La flamme olympique en route vers Turin

Le 28/11/2005

La flamme olympique a quitté Olympie, et les ruines du temple d'Héra qui vit naître les Jeux en 776 avant notre ère, dimanche 27 novembre, à destination de Turin où elle brûlera du 10 au 26 février à l'occasion des Jeux d'hiver 2006, après un périple de 13.300 km.

Elle sera portée par 10.535 relayeurs, parmi lesquels le gymnaste italien Yuri Chechi, le styliste Georgio Armani et des gardes suisses du Vatican. Le premier d'entre eux a été Costas Filippidis, un perchiste grec âgé de 19 ans, revêtu de l'uniforme blanc et orange de Turin, qui tenait un rameau d'olivier, symbole de paix. Il avait reçu le feu olympique de la grande prêtresse, l'actrice Theodora Siarkou , qui avait invoqué Apollon, «Dieu du Soleil et de l'idée de lumière» pour qu'il allume « la torche sacrée pour la cité hospitalière de Turin».

«Que l'on soit femme ou homme, jeune ou vieux, bien portant ou handicapé, athlète de haut niveau ou simple pratiquant, célèbre ou inconnu, la flamme nous rassemblera tous », a déclaré Jacques Rogge, le président du Comité International Olympique, dans un message lu par un membre du comité olympique hellénique, Lambros Nikolaou.

Après 2000 km à travers la Grèce, la flamme sera convoyée en avion militaire jusqu'à Rome, le 7 décembre, où elle sera bénie par le pape Benoit XVI dans la basilique Saint-Pierre. Elle entamera la seconde partie de son relais, soixante-quatre jours à travers 104 villes italiennes, avec des incursions dabs plusieurs pays voisins, dont la France.

Partie de Rome le 8 décembre, la flamme fera un crochet dans les Alpes françaises, effectuant à l'aide de douze porteurs un parcours de 249 km, de Claviere à la frontière italienne à Albertville, site des JO d'hiver1992, en passant par Grenoble, site des JO 1968, Chambéry et Chamonix, site des JO 1924.

«Le geste de nos amis italiens de faire passer la flamme en France est très important pour nous après la déception de Singapour», avait déclaré le Président Henri Sérandour, lors de la présentation des Jeux de Turin à la région Rhône Alpes, le 22 novembre, à laquelle assistait également Jean-Claude Killy, triple champion olympique 1968, et membre du Comité Olympique International pour lequel il supervise les Jeux de Turin. «Cette flamme, elle fait chaud au cœur. Avec elle on assistera à la relance en France de l'esprit olympique», avait conclu le président du CNOSF.

Le parcours de la flamme olympique