Bruno Mingeon Raphaël Poirée Carole Montillet Brian Joubert Doriane Vidal Vincent Vittoz
Le guide de l'athtète
Le guide anti-dopage

Le site du CNOSF
L'actualité >

Mathieu Bozzetto a tout donné

Le 22/02/2006

Un petit passage à vide dans la 2e manche de sa demi-finale contre le futur médaillé d'argent suisse Simon Schoch, une fixation avant qui casse lors de son match pour le bronze face à l'Autrichien Siegfied Grabner, et Mathieu Bozetto, une des plus grands surfeurs «alpins» de l'histoire, a achevé ses derniers Jeux à la 4e place.

«J'ai bien surfé aujourd'hui. Je suis content. Mais j'aurais voulu avoir une médaille pour la France. J'ai tout suivi à la télé dans ma chambre du village de Bardonecchia, je voulais apporter ma contribution. J'avais tout misé sur ce jour, depuis ma blessure il y a un an et demi. Je m'étais bien entraîné. C'était ma dernière chance, ça n'a pas fonctionné»...

Tout le camp français y a cru. Mathieu Bozetto avait brillamment passé ses deux premiers tours, le 1/8e de finale face à l'Autrichien Promegger, et le quart de finale devant le Suisse Jacquet. Bondissant du portillon de départ en tête, dessinant de magnifiques courbes sur la piste utilisée pour le boardercross et totalement resurfacée, il avait largement dominé ses rivaux lors de ces quatre descentes, il «envoyait fort». Pour ses 3èmes Jeux, il était en train de réaliser sa meilleure compétition, mais déjà, il remarquait : «Il y a un tracé plus rapide que l'autre dans ce géant parallèle, c'est le bleu.»

Trahi par son matériel

Mathieu Bozzetto se retrouve en demi-finale contre l'aîné des Schoch, Simon. Pour la première manche, il part dans le parcours bleu et domine son rival de 31/100e. Superbe.
Le conseiller municipal de Val d'Isère raconte la suite : «Déjà, je me retrouve dans le parcours rouge pour la 2e manche. Et là, j'ai un petit coup de méforme. J'ai toujours connu ça, ce moment où on se sent un peu moins bien, mais après, en général, ça remonte. Dommage que ça me soit arrivé. Dommage que j'ai sorti une mauvais manche à ce moment là. J'aurais pu l'avoir !». Simon Schoch s'impose de 38/100e dans ce 2e 'run', et se retrouve donc en finale contre son frère Phillip, champion olympique en titre. Comme durant tout l'hiver en Coupe du monde !

Reste pour Mathieu à aller chercher le bronze. «Contre Grabner, je suis dans le parcours rouge pour la première manche. Mais je me sens fort. Je suis en train de le doubler, j'attaque à l'endroit où je l'avais prévu. Je fais les trois quarts du travail, qui plus est dans le ‘mauvais' parcours. Et là, en plein appui dans une courbe, ma fixation avant casse. C'est un insert qui lâche, une tige filetée. Les planches sont dures, tout est serré au maximum, il faut s'engager à fond, et ça n'est pas la première fois que cela m'arrive».

En tombant, Mathieu Bozzetto se fait mal au genou gauche, mais il tient à repartir. Sait-on jamais ? Le tarif pour une manche non-terminée, c'est 1"35 de retard. Impossible à rattraper sur ce type de parcours, sauf si l'adversaire part à son tour à la faute. Cela ne se produira pas. Siegfried Grabner remporte la médaille de bronze. Mathieu, pour sa part, se console en prenant son fils Camille, 4 ans, dans les bras.

«J'ai bien surfé aujourd'hui. On peut faire 4ème en ayant bien surfé. C'est la vie».
A 32 ans, après 5 victoires au classement Coupe du Monde, Mathieu Bozzetto ne sait pas encore s'il va terminer sa carrière cette année.
«Une chose est sûre, j'en ai assez du géant. Mais j'aime la compétition. Je vais peut-être faire les championnats du monde l'an prochain en slalom. Je n'ai pas envie de dire ‘j'arrête' ou ‘je continue', nous sommes comme cela, les sportifs. Le parallèle, c'est quand même génial, c'est bon, c'est un vrai plaisir... »

Et comme le remarque pour terminer Nicolas Huet, l'autre Français engagé dans ce géant parallèle, tombé après 5 portes dans sa première manche 1/8e de finale face au Slovène Rok Flander : «Il y quatre ans à Salt Lake City, c'est moi qui avait eu la 'médaille en chocolat'. Cette fois, elle est pour Mathieu. Quand ça ne veut pas passer.... »