Bruno Mingeon Raphaël Poirée Carole Montillet Brian Joubert Doriane Vidal Vincent Vittoz
Le guide de l'athtète
Le guide anti-dopage

Le site du CNOSF
L'actualité >

Florence Baverel-Robert reine du sprint

Le 16/02/2006

A 31 ans, Florence Baverel-Robert est devenue championne olympique du 7,5km sprint, jeudi à San Sicario. C'est la 2e médaille d'or pour l'équipe de france. Très rapide sur ses skis (sous la neige) et auteur d'un zéro faute au tir, elle a devancé la Suédoise Olofsson de 2"4 et l'Ukrainienne Efremova de 6"6. Déterminée à bien se placer pour le 10km poursuite et à prendre date pour le relais, Florence Baverel-Robert a fait beaucoup plus : elle est la première championne olympique française en individuel.

"Pour le moment je n'y crois pas du tout, je n'étais pas du tout attendue. Je n'y pensais pas. Je voulais surtout ne pas perdre trop de temps pour la poursuite" a-t-elle déclaré à chaud.

"Le fait de ne pas être parmi les favorites m'a aidée à enlever de la pression. Je ne réalise pas. Lundi (sur le 15 km individuel) j'ai vraiment raté mon premier tir et cela m'a sorti de la course mais j'étais bien en skis. Aujourd'hui, j'ai essayé de rester concentrée toute la course, faire ce que j'avais à faire pour être bien placée pour la poursuite, et là je suis plus que placée. C'est super. C'est un rêve qui se réalise. Je n'y ai pas toujours cru, mais cela montre que quand on aime quelque chose, quand on est persuadé qu'il y a quelque chose à faire, il faut continuer jusqu'au bout. Il faut y croire et je n'y ai pas toujours cru. Quand ça arrive, ça fait du bien. Je suis heureuse mais ce qui me tient à coeur, c'est le relais."

Il neigeait au moment du départ de la course. La météo s'est ensuite améliorée. Le choix du matériel s'est donc avéré déterminant. "J'ai eu un peu peur de ce changement. Car le choix des skis était évidemment différent par rapport aux jours précédents. C'était donc stressant. C'est pour cela qu'il faut rendre hommage à toute l'équipe des techniciens.". Une fois passée la ligne après s'être montrée si rapide sur ses skis, Florence a mis longtemps à réaliser l'importance de son exploit. "Je n'avais jamais gagné auparavant et je me disais que quelqu'un allait finir par me passer devant. J'ai attendu le dernier moment.". Avant d'exploser de joie et de recevoir la bise de son biathlète de mari, Julien Robert.

C'est donc la première grande victoire internationale de Florence Baverel-Robert, qui ne s'est jamais imposée en Coupe du monde dans les épreuves individuelles. Elle avait remporté le bronze en poursuite aux Mondiaux 2000, s'était classée 5e du sprint aux Jeux de Salt Lake City 2002 et comptait, cette saison, une victoire en relais avec Sandrine Bailly, Sylvie Becaert et Delphine Peretto lors de l'étape d'Oberhof le 5 janvier dernier.

Avec Sandrine Bailly 6e de ce 7,5 km sprint à 11"6 de sa coéquipière (2 fautes), Delphine Peretto 14e à 59"8 (zéro faute) et Sylvie Becaert 30e à 1'41"5 (zéro faute), le souhait de la nouvelle championne olympique se réalise : des filles bien placées pour la poursuite (le 18), et prêtes à réaliser quelque chose de grand en relais (le 23)! Comme le dit Florence Baverel-Robert, après le 15 km, et avant sa médaille d'or, "cela pouvait commencer à être difficile. On n'avait pas fait de podium, mais de belles places. On voulait éviter la spirale négative. Et la spirale repart dans l'autre sens"