Bruno Mingeon Raphaël Poirée Carole Montillet Brian Joubert Doriane Vidal Vincent Vittoz
Le guide de l'athtète
Le guide anti-dopage

Le site du CNOSF
L'actualité >

Patrick Ranvier : "Un vrai potentiel de résultats"

Le 10/11/2005

Les Jeux de Turin ouvrent dans moins de cent jours, et pour Patrick Ranvier, le directeur technique national des sports de glace, la préparation est déjà entrée dans sa phase finale. « Elle a commencé dès le mois de juin pour les disciplines du patinage artistique, avec le choix par les patineurs de leurs programmes, des musiques et des costumes. Pour les autres, elle démarre en ce moment avec le début des compétitions sur les différents circuits mondiaux. Dans la dernière phase, nous regrouperons nos athlètes sur trois pôles : Albertville pour le patinage de vitesse et le short track, Briançon pour le patinage artistique et la Plagne pour le bobsleigh, la luge et le skeleton ».

Malgré l'absence du hockey sur glace et du curling, cette équipe resserrée présente de forts potentiels. «Notre chef de file est incontestablement Brian Joubert, la plus sérieuse chance de médaille à Turin, affirme Patrick Ranvier. «Mais derrière lui, il y a de réelles perspectives, avec Isabelle Delobel et Olivier Schoenfelder en danse sur glace.

En short track, dans les compétitions individuelles, Stéphanie Bouvier, médaillée européenne en 2004 et qui revient de blessure, doit tirer son épingle du jeu, de même que les relais féminin et masculin.

En skeleton, Philippe Cavoret, 7e des derniers championnats du monde, a effectué une préparation renforcée pour viser une médaille. Nous avons confiance en lui.


Enfin, en bobsleigh, nous avons un pilote et une équipe d'expérience. Bruno Mingeon participera à ses cinquièmes Jeux. Il a derrière lui un équipage de pousseurs motivés. C'est dans ce domaine que nous avons toujours eu des problèmes, mais aujourd'hui, nous constatons un réel progrès. Il faut savoir que sur la piste de Cesana, la phase de poussée est plus courte qu'ailleurs, disons 5 secondes au lieu de 7 traditionnellement. Ce sont ces deux secondes là qui peuvent peut- être nous permettre de réduire l'écart par rapport aux autres nations. Et le tracé de la piste devrait nous convenir. »




Un encadrement de qualité

Pour préparer ces Jeux, le directeur technique national s'appuie sur trois chefs d'équipe et un adjoint. Une équipe de qualité.
«Jean-Rolland Racle, le directeur du patinage artistique et danse sur glace, est un homme d'expérience incontesté et incontestable. Il a toujours su maintenir une forme d'équilibre dans un milieu difficile. Sa compétence technique est grande, son analyse précieuse.

Patrick Faure, le directeur du bobsleigh, du skeleton et de la luge, est sur le terrain plus manager-coordinateur que technicien. Il part chaque année quatre mois sur le circuit international, loin de chez lui, règle tous les problèmes d'ordre logistique et autres, c'est l'homme de la situation.

Christel Gautier, la directrice du patinage de vitesse et short track, également DTN adjointe en charge de la formation. Elle a permis au short-track d'aller dans le sens de la performance collective, en donnant, comme je le souhaitais, priorité aux relais. Elle a mis ce programme sur orbite, et été la cheville ouvrière de la structuration de cette discipline et de la constitution d'une excellente équipe d'encadrement technique.

Enfin, Yves Hocdé, mon adjoint (champion olympique d'aviron à Sydney en 2000) est à la base de tout le dispositif. Il construit et fait évoluer le haut niveau avec passion et engagement».


Patrick Ranvier part en campagne avec optimisme. : «Nous avons un vrai potentiel de résultats. De bons résultats. Pour les médailles, on verra. Nous savons qu'aux Jeux, des athlètes peuvent aller chercher des podiums là où on ne les attendait pas, nous offrir des satisfactions imprévues. Mais notre bilan sera intéressant, je ne peux pas en douter».