Bruno Mingeon Raphaël Poirée Carole Montillet Brian Joubert Doriane Vidal Vincent Vittoz
Le guide de l'athtète
Le guide anti-dopage

Le site du CNOSF
L'actualité >

Antoine Dénériaz prêt pour la bagarre

Le 11/02/2006

Antoine Dénériaz, Yannick Bertrand et Pierre-Emmanuel Dalcin seront les trois Français au départ de la descente olympique sur la «Kandahar-Banchetta» de Sestriere, dimanche à 12h. Sur cette piste qu'il affectionne, car elle lui rappelle la Sasslong de Val Gardena où il s'imposa deux fois en Coupe du Monde, Antoine Deneriaz a réalisé de très bons entrainements, allant jusqu'à dominer l'ultime chrono, samedi. Pierre Emmanuel Dalcin, lui aussi très à l'aise s'est encore classé 8e la veille de la course.

Ce résultat n'est toutefois pas trop significatif dans la mesure où les concurrents ont joué au poker menteur, sortant le frein à main en vue de l'arrivée afin d'obtenir le plus petit dossard possible. Si comme prévu, un grand soleil baigne Sestriere dimanche, ce sont probablement les premiers partants qui auront l'avantage.
L'ordre de départ est en effet l'inverse du classement du dernier chrono, et par conséquent, Antoine s'élancera avec le n°30. "Je ne pensais pas être si rapide. Pourtant, je n'ai pas fait une course parfaite. Mais si je suis le plus rapide avec le n°23 (son dossard lors du chrono de samedi), je pourrai l'être avec le 30."A-t-il expliqué "Je préfère être premier et rapide que 25e sans savoir pourquoi".

Reste qu'au milieu des favoris, dont les autrichiens Maier et Walchhofer et les Américains Rahlves et Miller, les Français peuvent tirer leur épingle du jeu. "J'aime bien cette piste" dit ansi Antoine Dénériaz, "elle est tout en glisse, en mouvements de terrain, sans grands angles, avec des sauts... elle correspond bien à ce que je sais faire".

Pour Gilles Brenier, directeur de l'équipe de France masculine, «c'est important d'avoir fait de bons entraînements. On va essayer de jouer notre chance à fond». A propos des passages clés de la «Kandahar-Banchetta», il note "il faut prendre beaucoup de vitesse sur le haut du parcours afin de bien passer le plat qui suit, et surtout, tailler comme il faut les courbes du bas, un passage capital où il faut conserver sa vitesse. Quand au matériel, il ne devrait pas avoir trop d'importance, sauf en cas de redoux".
Nous y voilà, c'est tout le calcul fait par certains favoris. Reste à voir s'ils auront eu raison.