Bruno Mingeon Raphaël Poirée Carole Montillet Brian Joubert Doriane Vidal Vincent Vittoz
Le guide de l'athtète
Le guide anti-dopage

Le site du CNOSF
L'actualité >

L'exploit de Roddy Darragon

Le 22/02/2006

Le Savoyard Roddy Darragon, 22 ans, a donné à la France sa première médaille olympique en ski de fond, mercredi à Pragelato Plan, en remportant à l'énergie celle d'argent du sprint individuel, seulement battu par le Suèdois Bjorn Lind, considéré comme l'homme le plus rapide du monde dans sa spécialité, Thobias Fredriksson, un autre Suèdois, prenant la troisième place d'une épreuve passionnante.

"C'est une grosse surprise, et ça faisait partie de mes rêves. Mais je me suis dit que c'était les Jeux Olympiques des outsiders et je ne voulais rien regretter. Je voulais me donner à fond jusqu'au bout. Il faut avoir des surprises de temps en temps dans la vie !", a expliqué Roddy, dont le meilleur résultat en 2005-2006 avait été une 6ème place en sprint et une 9ème en sprint par équipes à Dusselforf. L'année précédente, il avait pris la 4ème place à Nove Mesto (République Tchèque). Lors des Mondiaux 2005, il s'était classé 35ème en sprint.

Après avoir réussi à échapper en demi-finale à un accrochage entre le Norvégien Tor Arne Hetland, victime d'une chute, et le Suèdois Bjorn Lind, il s'est faufilé habilement pour passer la ligne en deuxième position et se qualifier pour la finale.

Face aux Suédois Lind et Fredriksson, déjà sacrés champions olympiques en sprint par équipes, et à l'Italien Cristian Zorzi, auteur d'un superbe parcours dimanche pour offrir lla médaille d'or du relais à l'Italie, le skieur du Grand Bornand, militaire au 27ème bataillon de Chasseurs Alpins, seul Français engagé dans l'épreuve, a déjoué tous les pronostics.

Resté en embuscade tout au long des 1.300 mètres de la boucle, Roddy Barragon a passé magnifiquement en fin de parcours l'Italien Zorzi et le Suèdois Fredriksson grâce à un finish impressionnant pour entrer dans l'histoire du fond français.

Avec ce simple commentaire plein de modestie : "J'l'ai fait ! Je ne me suis pas énervé en finale, et j'y suis allé « tranquillou »".

Les trois Françaises engagées, Aurélie Perrillat, Emilie Vina et Elodie Bourgeois-Pin, avaient été éliminées dès la phase de qualification.