Bruno Mingeon Raphaël Poirée Carole Montillet Brian Joubert Doriane Vidal Vincent Vittoz
Le guide de l'athtète
Le guide anti-dopage

Le site du CNOSF
L'actualité >

Carole Montillet la grande dame

Le 20/02/2006

Une semaine après la terrible chute qui l'avait tant meurtrie au dos, aux cotes, au visage, après avoir tant souffert, Carole Montillet a disputé la dernière course olympique de sa carrière, le Super-G sur la Fraiteve de San Sicario, lundi 20 février, et y a obtenu son meilleur résultat de l'hiver : 5ème. La réaction d'une immense championne qui n'a échoué qu'à 25/100e d'un podium occupé dans l'ordre par Michaela Dorfmeister, deuxième titre après la descente, Janica Kostelic, nouvelle médaille après son triomphe en combiné, et Alexandra Meissnitzer, 3ème médaille olympique pour ses derniers Jeux, elle aussi.

Sur un tracé ressemblant de très près à une descente, Carole a attaqué, laisse filer ses skis, tendu les lignes, a retrouvé son meilleur niveau à 32 ans, s'est fait plaisir, et a pu croire un moment qu'une nouvelle médaille l'attendait. Partie en 16e position, arrivée 2e derrière la surprenante canadienne Kelly Vanderbeek Carole attendait dans l'aire d'arrivée de voir qui pourrait la déloger du podium. Ce ne pouvaient être que des très grandes, comme elle.

Après coup, elle hésitait entre la joie d'avoir signé une si belle performance et la tristesse de ne pas avoir fait un peu mieux : «Je ne sais pas trop. Je suis arrivée en bas super contente de moi. Je n'ai pas de regrets, j'ai pris un maximum de risques, j'ai fait du bon ski et les trois autres étaient vraiment meilleures que moi, ce sont les plus fortes cet hiver.»

Sur les traces de Luc Alphand

Après avoir réussi sa dernière dévalée olympique, Carole Montillet va encore terminer la saison de Coupe du Monde. Puis elle passera à autre chose : «Je vais aller faire la folle avec Mélanie Suchet (autre descendeuse française dont la carrière a tété stoppée par les blessures), a-t-elle dit. Je vais peut-être croiser Luc Alphand, parce que l'on a des projets de rallye-raid dans le désert. Avec pour couronner le tout le Dakar en 2007. J'ai la même passion que Mélanie, on s'entend très bien et je pense que l'on va vraiment s'amuser dans le désert. On va faire une fois pilote, une fois co-pilote avec Mélanie. J'espère qu'il ne nous arrivera pas trop de pépins.»

Carole veut donc faire ses débuts en sports mécaniques «pour moi, pour m'amuser. J'aime vraiment la compétition donc j'ai envie de rester là-dedans et après je fonderai une famille. Je veux profiter de la vie, de tout ce qui se passe».

Salut championne !