Bruno Mingeon Raphaël Poirée Carole Montillet Brian Joubert Doriane Vidal Vincent Vittoz
Le guide de l'athtète
Le guide anti-dopage

Le site du CNOSF
L'actualité >

Bons baisers de Serre-Chevalier

Le 16/12/2005

«Turin? On est solidaires parce qu'on est Français, on est solidaires parce que ce sont les Jeux, nous serons tous à fond derrière l'équipe de France Olympique». Erik Boisse, champion du monde d'épée par équipes, résume bien la pensée des 60 athlètes des sports au programme des Jeux d'été, médaillés dans des championnats d'Europe ou du monde cette année, qui ont été réunis par le CNOSF à Serre-Chevalier pour une semaine de détente, de convivialité et de partage du 11 au 17 décembre.

Serre-Chevalier, si proche des sites de compétition des prochains Jeux. Hautes-Alpes où les sportifs d'été se sont mesurés pour le plaisir sur la neige et se sont ainsi sentis plus proches de cette équipe de France en construction pour l'évènement planétaire programmé du 10 au 26 février prochain. Hongyan Pi, N°4 mondiale du badminton, n'avait jamais skié. «A partir de maintenant, je vais m'intéresser aux Jeux d'hiver » dit-elle «j'ai découvert les sensations de glisse, je comprends mieux ce que c'est».

Frédéric Belaubre
Frédéric Belaubre
«Nous sommes une petite famille» dit le champion d'Europe de triathlon Frédéric Belaubre. «Nous, les «athéniens», nous sommes ici à "Serre Che", à deux mois des Jeux ! Cela nous donne envie de les encourager. Le fait d'être sur leur terrain permet de mieux mesurer la difficulté. Je fais du snowboard, j'ai hâte de voir les épreuves des Jeux pour découvrir la technique des meilleurs. J'adore le "snowboard-cross", nous aussi, nous surfons à plusieurs de front et on se tire la bourre ! Il y a un côté "extrême", "x-games" qui me plait beaucoup. Mais ce qui se rapproche sans doute le plus de ce que nous faisons, c'est la double poursuite, le 2x15km en ski de fond, avec changement de matériel au milieu de la course, et l'aspect "endurance" de l'épreuve. C'est comparable au triathlon».

«Même si on ne se côtoie pratiquement jamais, nous serons à fond derrière nos compatriotes» dit Franck Dumoulin, champion olympique de tir, «nous sommes de fervents supporters. Toutes les disciplines olympiques font partie de la même famille. Je connais Raphaël Poirée, nous avons partagé les mêmes entraîneurs pour le tir, nous avons la même passion, le même feeling et comme point commun, l'envie d'aller le plus loin possible. Au dessus des Jeux, il n'y a rien. C'est une chance pour un sport d'être au programme et cela aurait été sympa que nous puissions passer une soirée tous ensemble afin de confronter nos états d'esprit».

«Nous penserons très fort à eux» dit la lutteuse Anna Gomis. «Il n'y a qu'une seule équipe de France Olympique. Et le fait d'avoir pratiqué des sports d'hiver ici, nous a rapprochés de ceux qui disputeront les Jeux de Turin. On comprend mieux la galère, les efforts qu'il faut produire». Même son de cloche pour le champion du monde du relais 4x100m Lueyi Dovi : «Je vais tout suivre parce que je suis un passionné de sport. Et j'aimerais connaître ceux qui pratiquent le snowboard à haut niveau, car j'en ai fait ici ! Moi, je leur dis : remportez le plus de médailles possible!»

«Nous pensons aux sportifs d'hiver tricolores car ils sont actuellement en peine phase de compétition et de préparation» explique Christophe Espagnon, médaillé en voile (Tornado). «On ne les connaît pas mais ils ont le même esprit» ajoute Solènne Figuès, championne du monde du 200m nage libre. «Si on se mélangeait avec eux, comme c'est le cas actuellement entre nous qui disputons les Jeux d'été, je suis certaine que l'ambiance, le partage, l'échange, tout serait identique».

«Il faudrait créer des rassemblements » réclame Erik Boisse. «Je suis en formation avec le sauteur Nicolas Dessum, alors j'espère qu'il va se qualifier. J'aimerais vraiment que nous puissions un jour faire quelque chose tous ensemble».

Nicolas Huguet
Nicolas Huguet
«C'est amusant» dit Nicolas Huguet, champion du monde de planche à voile «parce qu'ici, le CNOSF nous a fourni les t-shirts de la campagne pour les Jeux de Turin "Des émotions plein les Jeux", que nous portons tous, certains ont dû faire l'amalgame, nous prendre pour les sportifs d'hiver !».

Hugues Obry, magnifique skieur, et jeune retraité de l'escrime après s'être construit un des plus beaux palmarès de l'histoire à l'épée, explique «je suivrai le ski comme un passionné, et plus particulièrement les épreuves où nous avons des chances de médaille. Je suis un fan. Et j'adore aussi le biathlon, c'est un sport qui m'impressionne. Mais comment se voir ? Nous sommes en pleine période de compétition quand eux font du foncier, et c'est l'inverse en hiver. En venant ici, Gwendal Peizerat et Florence Masnada ont crée une passerelle, mais eux, ils ont arrêté».

Cyril Moré
Cyril Moré
Il est un sportif qui n'arrête pas, et qui, présent à la semaine du sport olympique français pour ses résultats en escrime, a le soutien de tous. C'est l'athlète paralympique Cyril Moré. Une passerelle à lui tout seul. Car cet hiver, monté sur son ski-fauteuil, tenant deux petits skis au bout de bâtons pour se diriger, agile, excellent slalomeur parmi les "valides", il va tenter de se qualifier pour les Jeux Paralympiques de Turin! Ainsi, de la Grèce au Piémont, il est bien un athlète qui, s'il y parvient, aura tout connu.