Bruno Mingeon Raphaël Poirée Carole Montillet Brian Joubert Doriane Vidal Vincent Vittoz
Le guide de l'athtète
Le guide anti-dopage

Le site du CNOSF
L'actualité >

Biathlon : pas de podium pour finir

Le 25/02/2006

Le biathlon français achève ses Jeux avec quatre médailles, deux en or et deux en bronze. Les espoirs d'augmenter ce total record, à l'occasion des deux «départs groupés» disputés samedi à Cesana San Sicario, n'ont pas été comblés, et c'est encore les deux champions olympiques, Vincent Defrasne et Florence Baverel-Robert qui ont obtenu les meilleurs résultats : la 11e place pour Vincent, la 5e pour Florence.


Derrière l'Allemand Michael Greis impérial, qui a remporté sa 3e médaille d'or (après l'individuel et le relais), le Polonais Thomasz Sikora, très régulier et le Norvégien Ole Einar Bjorndalen, longtemps en tête mais qui a flanché sur le dernier tir, les Français ont fait ce qu'ils ont pu. Avec quatre fautes en tout, une au 2e tir couché, une au premier tir debout et 2 au dernier, autant de tours de pénalité, Vincent Defrasne n'a pas pu rester au contact de ceux qui bagarraient pour le podium de ce 15km «mass start». Il a pris la 11e place à 1'07'' du vainqueur, se montrant comme depuis le début des compétitions à Cesana San Sicario, le meilleur des Bleus.

«Je suis très, très, très content de mes Jeux. Cet été, je m'étais fixé de faire une médaille en individuel et une autre en relais, quelle que soit la couleur. Et je repars avec deux médailles dont une en or, le contrat est donc plus que rempli. Je suis très satisfait mais je ne vais pas m'arrêter là et je vais encore travailler», a commenté le biathlète de Pontarlier.

Raphaël Poirée, pour sa part, a achevé ses Jeux de Turin avec de la malchance, comme lors de la poursuite où le bris d'une fixation avait arrêté sa course. Cette fois... «deux balles sont restées bloquées dans le canon lors de mes premières séries de tir» Beaucoup de temps perdu, et malgré une belle remontée après la mi-course ponctuée par deux sans-faute, le sextuple champion du monde a passé la ligne en 12e position, 4 secondes après son coéquipier.

Après ces deux semaines de compétition, qui n'ont pas été à la hauteur de ses ambitions, Raphaël Poirée songe à continuer jusqu'aux Jeux 2010. «Tout ce que je peux dire, c'est que je veux et que je vaux mieux que ça. Vancouver, c'est à zéro d'altitude. Ma femme Liv Grete est motivée pour qu'on fasse quelque chose de super, alors si jamais je mets en place un bon système, si je repars de zéro avec elle, c'est possible».

Julien Robert, 3e français engagé dans cette dernière course a pris la 16e place avec deux fautes.

Sandrine Bailly décroche

Du côté des dames, on a longtemps cru que Sandrine Bailly obtiendrait sa première médaille individuelle sur le 12,5km disputé après la course masculine. Elle bataillait en tête en compagnie de la Suédoise Ana Carin Olofsson et de l'Allemande Kati Wilhelm, futures médaillées d'or et d'argent, jusqu'à ce qu'une boucle de pénalité au 2e tir la fasse décrocher. Remontée de 7e en 4e position, "Sansan" allait encore commettre 3 fautes dans les deux dernières séries pour achever sa course à la 10e place.

La N°1 mondiale 2005 n'aura donc pas connu les joies d'un podium individuel à Cesana San Sicario. «C'est vrai que je pouvais être médaillable sur toutes les courses», a rappelé Sandrine Bailly, «mais ça ne s'est pas joué à grand chose à chaque fois, sauf sur la poursuite où j'ai eu un problème de glisse, je n'avançais pas. Je ne suis pas non plus hyper déçue parce qu'il y a une médaille en relais et que j'ai fait le boulot dans le dernier tour pour aller la chercher».

C'est donc Florence-Baverel Robert, la régularité même (deux cibles manquée sur les «couchés» puis deux sans-fautes lui valant de remonter au classement) qui a obtenu le meilleur résultat dans la dernière épreuve: 5e à 1'04 de la gagnante. Un peu trop loin après le dernier tir pour lutter pour le podium face aux Allemandes Ushi Disl, 3e (35 ans, 9e médaille aux Jeux) et Martina Glagow, 4e. «C'est dommage mais je suis quand même 5e, c'est positif de bien finir ces Jeux. Je suis contente d'avoir vécu ça, même si je ne le montre pas forcément. Avec un titre et une médaille de bronze, je suis très satisfaite. Après toutes ces années sur le circuit, les Jeux m'ont montré que je n'avais pas eu tort en prenant la décision de continuer. Je ne pensais pas être dans le coup à ski aujourd'hui. On a peut-être eu du mal à se remotiver après la médaille en relais, car on avait atteint notre objectif de groupe» a reconnu "Flo".

Sylvie Becaert et Deplhyne Peretto ont terminé 26e et 27e à plus de 5 minutes avec respectivement 6 et 5 fautes au tir.