Bruno Mingeon Raphaël Poirée Carole Montillet Brian Joubert Doriane Vidal Vincent Vittoz
Le guide de l'athtète
Le guide anti-dopage

Le site du CNOSF
L'actualité >

Le snowboard français déçu

Le 23/02/2006

A l'image de tout le snowboard français, venu à Bardonecchia avec de légitimes ambitions et qui, en manque de réussite, confronté à un niveau mondial de plus en plus élevé, achève ces Jeux avec le bronze de Paul-Henri De Le Rue en snowboard-cross, le géant parallèle dames n'a pas souri à Isabelle Blanc et à Julie Pomagalski.

C'est encore le sort qui a obligé les deux française à tomber l'une contre l'autre en 1/8èmes de finale, par la faute des temps signés en qualifications. Le 3e chrono (Julie Pomagalski) contre le 14ème (Isabelle Blanc). Et des retrouvailles. Sur la route de son titre olympique 2002, Isabelle avait éliminé Julie en quarts de finale.

Cette fois, c'est Julie qui sortira gagnante de ce duel : Isabelle s'impose de 32/100e dans le premier "run", personne ne prend vraiment l'avantage dans le second jusqu'à ce qu'Isabelle parte à la faute sur les dernières portes. «Je me suis fait plaisir, je suis allé à 200% mais j'ai fait quelques fautes. J'ai presque l'impression d'être plus triste pour ceux qui sont venus me voir ici, m'encourager. Moi ça va, je sais que je passe à autre chose.» A dit Isabelle Blanc, qui achève sa carrière sur cette déception.

Julie Pomagalski termine 6ème

Encore un coup du sort pour Julie Pomagalski : la Suissesse Daniela Meuli, N°1 mondiale, championne du monde de la spécialité en 2005, n'a signé que le 6e temps des qualifications, et devient donc son adversaire des quarts de finale. Julie rate son premier run. Mal partie, en déséquilibre, et rapidement par terre pour concéder 1"50, sanction d'une manche non-terminée. La Française va largement se rattraper en 2e manche, comblant son retard, sur le point de dépasser sa rivale dans le mur final, mais tellement à la limite qu'elle accroche l'avant-dernière porte, et tombe à nouveau.
Julie Pomagalski passe encore deux tours de classement, gagne le premier et perd le second contre la Russe Ekaterina Tudigescheva et se classe 6e de la compétition. Daniela Meuli devient championne olympique en battant l'Allemande Amelie Kober.

Luc Faye, directeur de l'équipe de France de snowboard, dresse le bilan de ces 12 jours de compétition à Bardonecchia : «Nous sommes tous déçus par rapport aux résultats, surtout pour nos athlètes. Mais il ne faut pas oublier la belle médaille de Paul-Henri Mathieu. J'insiste aussi sur le fait que nos athlètes ont donné leur maximum, et que tous, ont de très beaux palmarès. Ce n'est pas ce manque de réussite aux Jeux de Turin qui le leur enlèvera.
Cette absence de résultats, nous allons devoir y réfléchir, voir ce qui n'a pas marché, se repositionner et rebondir pour revenir à un super niveau. Il y a beaucoup de jeunes bourrés de talent. Nous avons certes été accablés par la malchance. Mais cela fait partie de la compétition. La seule chose qui me reste en travers de la gorge, ce sont les qualifications du snowboard-cross féminin.»


Ce vendredi 13 février au matin, Karine Ruby s'était en effet élancée première partante sur le parcours de "cross" de Bardonecchia sous la neige et sur une piste non damée, signant par conséquent un très mauvais temps qualificatif, qui allait sceller son sort pour le reste de la compétition. Julie Pomagalski avait connu la même mésaventure. La piste avait fini par être lissée après le passage de quelques concurrentes supplémentaires.

« J'ai pour ma part vécu une très belle aventure humaine» poursuit Luc Faye, «et je le répète, n'oublions pas le superbe résultat de "Paulo", l'engagement de nos coureurs, et tous les beaux résultats qu'ils ont accumulés au cours de leurs carrières».