Bruno Mingeon Raphaël Poirée Carole Montillet Brian Joubert Doriane Vidal Vincent Vittoz
Le guide de l'athtète
Le guide anti-dopage

Le site du CNOSF

Bruno Mingeon : "transmettre ma passion"

Le 26/02/2006

Chaque jour, Franceolympique.com recueille les propos de Bruno Mingeon, porte-drapeau et capitaine de l'équipe de France olympique à Turin. France-1 a terminé 19e de la compétition de bob à quatre remportée par Allemagne-1 devant Russie-1 et Suisse-1. Bruno commente ce podium, parle de son avenir, et de sa plus belle satisfaction lors de ces Jeux : l'éclairage apporté sur sa discipline grâce au rôle qui lui a été confié lors de la cérémonie d'ouverture

"C'est un beau podium, et ça n'était pas couru d'avance. 13 centièmes seulement au bout de quatre manches, entre Andre Lange, qui remporte sa 2e médaille d'or ici après le ‘deux ‘ et Alexandre Zoubkov. Lange est toujours présent dans les grands rendez-vous, il a un matériel au top, il n'y a aucun hasard.

Ce qui me fait le plus plaisir, c'est la médaille de bronze de Suisse-1. Dans le bob de Martin Annen, il y avait Cédric Grand, un ami suisse francophone. Ils ont la meilleure poussée du monde. Cédric avait fini 4e lors des deux derniers Jeux, et là, il monte sur la marche. Je suis content pour lui. Martin, pour sa part, m'avait prêté son bob en début de saison, puis je le lui ai rendu. Alexandre Zoubkov a super bien piloté, mais il lui a manqué une bonne poussée. En tout cas, les Russes ont beaucoup progressé question matériel.

Nous nous sommes aperçus pendant ces Jeux qu'on avait accumulé trop de retard pour bien préparer notre matériel. Sur les quatre manches, nous n'avons jamais été vite, sauf peut-être dans la dernière. Dès qu'on faisait une faute, on perdait toute la vitesse. Ce sont les Jeux. Ceux qui étaient prêts sont sur le podium. Il faut réunir plusieurs éléments : avoir une bonne poussée, être dans le premier groupe (le top 10) pour avoir une bonne glace, avoir un bon matériel, et évidemment, bien piloter.

C'est cher pour nous de finir 19e. Nous n'avons pas été bons en poussée et notre engin n'était pas suffisamment au point. Dès que je commettais une petite erreur, la sanction était immédiate. J'ai quand même fait beaucoup de progrès sur cette piste, nous ne méritions sans doute pas un tel écart. C'est décevant pour moi, pour tous ceux qui m'ont soutenu.

Maintenant, je vais souffler un peu. J'ai un contrat d'entraîneur avec mon club, le CBLS La Plagne, jusqu'au mois de mai. Je m'occupe du matériel et j'entraîne les jeunes. Je vais prendre le temps de récupérer, d'analyser et de préparer mon avenir, me trouver une situation professionnelle. J'aimerais entraîner. C'est ma passion, je veux la transmettre, faire profiter de mon expérience.

Ma plus belle satisfaction à Turin, ma médaille d'or, cela aura été d'avoir été désigné porte-drapeau de l'équipe de France. J'ai beaucoup apprécié tout ce qui s'est passé autour, tous ces beaux reportages, ce coup de projecteur sur ma discipline. Cela a été la plus belle des récompenses, pour moi et pour le bob français. Et bien sûr, il y a eu ce tour de piste très émouvant en tête de la délégation, le 10 février dernier.

Maintenant, c'est au tour de Carole. Je suis très heureux pour elle. Pour ses derniers Jeux, elle a montré qu'elle était une grande dame, et je serai content de défiler derrière elle pour la cérémonie de clôture.

retrouvez toutes les chroniques de Bruno Mingeon