Bruno Mingeon Raphaël Poirée Carole Montillet Brian Joubert Doriane Vidal Vincent Vittoz
Le guide de l'athtète
Le guide anti-dopage

Le site du CNOSF
Historique des jeux olympiques d'hiver > Nagano 1998 >

Nagano 1998 : les Français aux Jeux

1924


1932


1948


1956


1964


1972


1980


1988


1994


2002



Le premier grand événement de ces Jeux, la descente masculine, programmée le dimanche 8 février, dès le deuxième jour des compétitions, n'aura lieu que le vendredi 13 sur la " Happo One " de Hakuba.
Les reports successifs, la particularité du terrain, les pièges du parcours, il faudra skier avec un sens tactique aiguisé, tout en retenue pour épouser la bonne trajectoire en début de parcours avant d'augmenter progressivement sa vitesse pour arriver à plein régime dans le schuss final. Un skieur, le dossard N°3, va mieux que quiconque appréhender la donne. C'est le Français Jean-Luc Crétier! L'ancien " Top Gun " devient champion olympique de descente 30 ans après Jean Claude Killy, et sera porté en triomphe dans l'aire d'arrivée par ses anciens et glorieux camarades devenus consultants TV, Luc Alphand et Franck Piccard. Pour avoir pris tous les risques sur les premières portes, Hermann Maier sera littéralement éjecté du parcours, effectuant un impressionnant vol plané. Les images de cette terrible cabriole du champion autrichien feront le tour du monde. Pourtant, Maier remportera quelques jours plus tard les titres olympiques du Super-G et du géant!


L'équipe de France collectionne les premières avec Karine Ruby, championne olympique du snowboard (slalom géant) nouvellement inscrit au programme, ou encore le quatuor Mingeon/le Chanony/Hostache/Robert qui se classe 3E de l'épreuve de bob à quatre. Première médaille française dans cette discipline. Le tableau de chasse tricolore est complété par Florence Masnada, médaille de bronze de la descente féminine, Sébastien Foucras, vice-champion olympique en saut acrobatique, ou encore les " combinards " Sylvain Guillaume, Nicolas Bal, Ludovic Roux et Fabrice Guy, qui prennent la 3e place du relais, quatre ans après les exploits individuels d'Albertville. Enfin, habité par le personnage de d'Artagnan, Fabrice Candeloro fait chavirer le cœur des Japonaises, met le feu à la glace de la patinoire de Nagano, et monte de nouveau sur la 3e marche du podium du patinage artistique masculin, tandis que Gwendal Peizerat et Marina Anissina perpétuent une belle tradition en prenant la même place à l'issue de l'épreuve de danse.