Bruno Mingeon Raphaël Poirée Carole Montillet Brian Joubert Doriane Vidal Vincent Vittoz
Le guide de l'athtète
Le guide anti-dopage

Le site du CNOSF
Historique des jeux olympiques d'hiver > Saint-Moritz 1928 >

Saint-Moritz 1928 : les Français aux Jeux

1924


1932


1948


1956


1964


1972


1980


1988


1994


2002



De cette deuxième édition des J0, les témoins garderont deux souvenirs : des conditions climatiques exécrables - les organisateurs envisagent un instant d'annuler purement et simplement les Jeux - et la confirmation d'un talent.


Sonja Henie, la "petite princesse" de Chamonix, a grandi et progressé. Elle est âgée maintenant de 15 ans et demi. Sa grâce et sa hardiesse séduisent le jury et le public. La "fée de la glace", ainsi qu'on la surnomme, remporte sa première médaille d'or olympique. Deux autres suivront en 1932 et en 1936.



Dans la station huppée des Grisons, les épreuves de patinage artistique captent la plupart des regards. La France n'est pas absente de ces rendez-vous de la virtuosité et de la beauté. Andrée Joly, qui porte bien son nom, et Pierre Brunet, quelque peu fâché avec les "imposées" se classent respectivement 11 ème et 7ème dans la compétition individuelle. Mais en couple, ils font merveille.
La charmante Andrée Joly et le vigoureux Pierre Brunet, tout en noir, accomplissent sans faute un programme préparé avec minutie qui élimine les acrobaties scabreuses. Ils patinent à la fois avec légèreté et sûreté.
Quand ils stoppent leur élan, dressés sur la pointe de leurs patins, le public admiratif leur réserve une vibrante ovation.
Les Autrichiens Lily Scholtz-Otto Kaiser, qui leur succèdent sur la glace, prennent des risques pour tenter d'inverser la tendance favorable à nos compatriotes mais ils commettent quelques bévues. Andrée Joly et Pierre Brunet offrent à la France son premier titre olympique "hivernal".
Les autres Français sont plutôt à la peine. Le 50 km fond tourne au calvaire: 0° au départ et 25 sous le soleil une heure plus tard ! Les rescapés, fartés pour la neige froide, reculent dans les montées... Les Vosgiens Medy et Milan, le Briançonnais Prat et le Chamoniard Tournier, épuisés à faire glisser leurs lattes dans un véritable cloaque, abandonnent. Ils ne sont pas les seuls...
L'infatigable et éclectique patineur Léon Quaglia, déjà présent à Chamonix, termine loin sur 500 m (26ème) et 5.000 m (l8ème). II est vrai qu'il participe à ces deux courses les jambes lourdes. Auparavant, il a prêté son concours aux... hockeyeurs, marquant même un des deux buts de l'équipe de France contre celle de Hongrie.