Bruno Mingeon Raphaël Poirée Carole Montillet Brian Joubert Doriane Vidal Vincent Vittoz
Le guide de l'athtète
Le guide anti-dopage

Le site du CNOSF
Historique des jeux olympiques d'hiver > Chamonix 1924 >

Chamonix 1924 : les Français aux Jeux

1924


1932


1948


1956


1964


1972


1980


1988


1994


2002



Vendredi 25 janvier. Le soleil brille sur la patinoire en plein air de Chamonix quand l'adjudant des Chasseurs alpins Camille Mandrillon, déjà porte-drapeau de l'équipe de France, prête le serment au nom de tous les concurrents. La "Semaine internationale des sports d'hiver de Chamonix", organisée malgré une longue reticence des dirigeants nordiques fidèles à leurs traditionnels "Jeux du Nord", peut commencer sous le patronage du Comité international olympique.
Pour les Français, pas question de concurrencer les Norvégiens, les Finlandais et les Suédois, les maîtres du ski nordique.

En revanche, ils croient aux chances de Léon Quaglia, l'as national du patinage de vitesse. Celui-ci se surpasse, améliore tous ses records de France dont celui du 10.000 m de 31 secondes. Sa meilleure place : 7ème sur cette distance. II tempête tandis qu'on congratule comme un héros le patineur
finlandais Clas Thunbert (3 médailles d'or): "Si en France on s'occupait plus des champions, j'aurais pu m'entraïner plus efficacement."


Les bobeurs, eux, ne réclament pas l'aide de l'Etat... Le marquis d'Aulan, un de leurs coéquipiers, est propriétaire d'une marque de champagne et il fournit assez de magnums à l'équipage pour rendre celui-ci euphorique sur le toboggan de glace. A. Berg, H. Alleberg, G. André et J. d'Aulan terminent leurs parcours au pied du podium.
Un podium sur la troisième marche duquel monte le couple de patinage artistique : Andrée
Joly et Pierre Brunet sont lës premiers médaillés français aux Jeux d'Hiver.
Succès sportif et populaire: à l'heure de la Cérémonie de clôture, le dynamique comte de Clary, président du Comité olympique français, et son ami le baron Pierre de Coubertin voient leur ténacité récompensée. Ils avaient pris une part prépondérante dans la reconnaissance par le CIO de ces Jeux d'Hiver.
Extrait du discours de Pierre de Coubertin lors de la Cérémonie de clôture: "Les sports d'hiver sont parmi ceux dont la pureté est la plus grande et c'est pourquoi j'ai pour ma part tant désiré les voir prendre place de façon définitive dans les manifestations olympiques."
Moins d'un an plus tard, le 27 mai 1925, à Prague, le Congrès du CIO accordera aux Jeux d'Hiver leur statut olympique.