Bruno Mingeon Raphaël Poirée Carole Montillet Brian Joubert Doriane Vidal Vincent Vittoz
Le guide de l'athtète
Le guide anti-dopage

Le site du CNOSF
Historique des jeux olympiques d'hiver > Salt Lake City 2002 >

Salt Lake City 2002 : les exploits

Les jeunes prodiges de sortie

A l'ère des adolescents, il est normal de débuter par Simon Amman la liste des champions en flocon de Salt Lake.
Celui dont la ressemblance avec le jeune sorcier lui a valu d'hériter du surnom d'Harry Potter, n'a que 20 ans et participe à ses seconds Jeux (déjà... à l'époque, il avait pris la 35e place au tremplin de 90 m et la 39e au tremplin de 120 m) quand il réalise un doublé inattendu en saut à ski. Après avoir envolé ses 55 kilos vers l'or du K90 (avec 269, 0 points), Simon Amman, qui avait gravement chuté quelques semaines auparavant à l'entraînement va survoler le K120, réalisant les deux plus longs sauts (132,5 m et 133 m) pour un total de 281.4 points et réduisant les espoirs des deux grands favoris, l'Allemand Sven Hannawald (argent au K90), auteur pourtant le mois précédent d'un incroyable grand chelem lors de la Tournée des quatre tremplins, et surtout le Polonais Adam Malysz vainqueur de la Coupe du monde et de la Tournée 2001 (bronze au K90 et argent au K120). Amman est le second sauteur à réaliser ce doublé après le Finlandais Matti Nykanen à Calgary en 1988.

Le hollandais Jochem Uytdehaage découvrait pour sa part la compétition olympique. Sur l'anneau de short track il démontra qu'aux âmes bien nées, la valeur n'attendait pas le nombre des années d'expérience. Sur 5000 m, il surclasse l'américain Derek Parra et bat le record du monde de plus de 4 secondes. Sur 1500 m, Uytdehaage prend à nouveau le record du monde, finalement battu par l'américain Derek Parra qui lui concéda l'argent. Il manquait le doublé, il fallait le doubler : record du monde et médaille d'or au 10 000 m. Jochem Uytdehaage est le premier à passer sous la barre des 13 minutes. Il était monté sur son premier podium de Coupe du monde en novembre 2001.

La grande dame des Jeux est une jeune femme née à Zagreb et au palmarès déjà riche. A 20 ans, Janica Kostelic arrive à Salt Lake City avec un triple globe à la Coupe du monde de ski 2001 (classement général, slalom et combiné). Elle qui avait bénéficié d'une bourse de la Solidarité olympique dès l'âge de 13 ans s'était faite opérer du genou durant l'été et avait connu une reprise difficile. Mais pour celle qui, à 16 ans, finissait à la huitième place du combiné olympique de Nagano, Salt Lake sonna comme la consécration : elle remporte le combiné, le slalom et le slalom géant, puis l'argent en super-G. Elle fait ainsi mieux que Jean-Claude Killy et de Toni Sailer, les deux seuls skieurs de l'histoire à avoir raflé trois médailles d'or lors des mêmes JO... convenons cependant qu'à l'époque ils ne pouvaient faire mieux puisqu'ils n'avaient que trois compétitions pour s'éprouver.

Le finlandais Samppa Lajunen est de la même trempe que Kostelic. Un surdoué qui remporte sa première Coupe du monde en 1997 à seulement 17 ans, puis qui s'octroie l'argent en individuel et en relais à Nagano. A Salt Lake, profitant de l'ajout d'une nouvelle épreuve, Lajunen devient le premier athlète de combiné nordique à obtenir trois médailles d'or à une même édition des Jeux (15km, compétition par équipes et sprint).