Bruno Mingeon Raphaël Poirée Carole Montillet Brian Joubert Doriane Vidal Vincent Vittoz
Le guide de l'athtète
Le guide anti-dopage

Le site du CNOSF
Historique des jeux olympiques d'hiver > Nagano 1998 >

Nagano 1998 : l'exploit

1924


1932


1948


1956


1964


1972


1980


1988


1994


2002



Hermann Maier le miraculé
Hermann Maier n'a jamais fait les choses comme les autres. Venu au plus haut niveau malgré une maladie dans son adolescence, le skieur de Flachau a une nouvelle fois prouvé à l'occasion des jeux Olympiques de Nagano qu'il était un skieur extrêmement volontaire.

Vendredi 13. Favori de la descente olympique, après un bon résultat dans celle du combiné, Maier s'élance avec le dossard 8 sur la piste d'Hakuba. Quelques minutes et quatre rangs après le Français Jean-Luc Crétier, qui vient d'établir le meilleur temps.


Après une vingtaine de secondes de course, Hermann Maier (photo) "s'envole" sur une bosse. Celui qui lors d'un entraînement avait qualifié la piste de "trop plate" et "trop facile", s'écrase une cinquantaine de mètres plus loin. Dans l'élan, il traverse deux barrières de sécurité et termine sa glissade hors de la piste.

"Herminator", qui dans sa chute a rebondi sur les épaules et la tête, s'en tire avec un mal de tête et de multiples ecchymoses. Si pour certains, il s'agit d'un "miracle", le médecin de l'équipe autrichienne estime que "la musculature exceptionnelle" de l'Autrichien lui a permis de s'en sortir à si bon compte.



Doublé pour "Herminator"
Et Maier, qui renonce au slalom du combiné, décide pourtant de prendre le départ du super-G, programmé seulement deux jours après sa chute spectaculaire.

Tous les regards sont alors fixés sur lui. Personne n'a oublié l'interminable vol plané du colosse autrichien, pantin désarticulé pendant sa chute. Avec son dossard 8, Maier (photo 1) met la barre très haut. Il réussit un temps de 79/100 inférieur à celui de son compatriote Hans Knauss. Seul le Suisse Didier Cuche viendra s'intercaler entre les Autrichiens. Hermann Maier remporte sa première médaille olympique. Elle est en or.



Le 19 février à Shiga Kogen, il réalise le doublé en survolant le géant (photo 2) dont il réalise le meilleur temps des deux manches. En reléguant son compatriote Stefan Eberharter à près d'une seconde, il rejoint l'Allemand Markus Wasmeier, qui avait gagné le géant et le super-G à Lillehammer.


"
J'ai skié jusqu'à la dernière limite", reconnaît l'ancien maçon, qui, à force d'abnégation, est devenu le meilleur skieur autrichien (photo 3).