Bruno Mingeon Raphaël Poirée Carole Montillet Brian Joubert Doriane Vidal Vincent Vittoz
Le guide de l'athtète
Le guide anti-dopage

Le site du CNOSF
Historique des jeux olympiques d'hiver > Nagano 1998 >

Nagano 1998 : résumé

1924


1932


1948


1956


1964


1972


1980


1988


1994


2002



Nagano réussit les derniers Jeux du siècle


L'Allemagne dominatrice

Lors de la cérémonie de clôture (photo 1), Juan Antonio Samaranch déclenche une ovation en déclarant avoir connu à Nagano "la meilleure organisation des jeux Olympiques d'hiver". Même s'il s'agit là d'une formule convenue que le président du CIO prononce rituellement tous les quatre ans, personne n'aura le mauvais goût de le contredire.

Il est vrai que les derniers Jeux d'hiver du XXe siècle se sont sortis sans encombre des difficultés qui se dessinaient à leur ouverture : tension américano-irakienne, caprices du temps, programme des compétitions de ski alpin remanié, site de la descente contesté par les écologistes. Sans oublier la peur d'un attentat après l'attaque à la roquette de l'aéroport de Tokyo peu avant le début des JO.

Avec un chiffre record de 2304 athlètes venant de 72 nations, le dernier rendez-vous platénaire hivernal voit le triomphe de l'Allemagne et surtout le succès de ses sportives.


A l'image de Katja Seizinger (photo 2), qui cumule l'or de la descente et du combiné, les Allemandes récoltent une importante moisson olympique en enlevant 21 des 29 médailles conquises par leur pays ; leurs coéquipiers ne sauvent l'honneur qu'en bobsleigh, luge ou saut à skis.

Derrière l'Allemagne qui retrouve son lustre d'antan, la Norvège et la Russie sont toujours aux avant-postes.



La Russie brille en patinage artistique : ses représentants laissent juste échapper le titre féminin, décerné à la petite Américaine Tara Lipinski (photo 3). Ilia Kulik (photo 4), Kazakova-Dmitriev (couples) et Gritchuk-Platov (danse) gagnent l'or.



En ski de fond, une mère de famille, Larissa Lazutina (photo 5), enlève cinq médailles dont trois d'or.



Daehlie roi du XXe siècle

En fond, les regards convergent vers Bjoern Daehlie. Le grand Norvégien, dont le but avoué est de devenir le premier sportif avec 8 titres olympiques, est ponctuel au rendez-vous de l'histoire olympique. Après l'or du 10 km classique et du relais, il trouve les ressources nécessaires pour gagner celui du 50 km (photo 1). Et réaliser son rêve. Son palmarès olympique est unique : 8 médailles d'or, 4 d'argent.



Pays-hôte, le Japon vibre aux exploits de ses sportifs. Ils sont des milliers à se regrouper au pied du tremplin de saut à skis où excelle Kazuyoshi Funaki (photo 2), qui empoche l'or du grand tremplin et de l'épreuve par équipes, ainsi que l'argent du tremplin normal.



Les Nippons accueillent dans la ferveur les médailles d'or de Tae Satoya en ski artistique mais plus encore celle du tonique Hiroysasu Shimizu (photo 3) dans le 500 m messieurs en patinage de vitesse.



Sur l'anneau de vitesse, les Pays-Bas brillent, grâce notamment à Gianni Romme et Marianne Timmer (photo 4), qui gagnent deux médailles d'or chacun. En revanche, les Etats-Unis y connaissent un échec retentissant.

Cette déconvenue ajoutée à l'élimination prématurée de leur équipe dans le tournoi de hockey sur glace provoque une désaffection des téléspectateurs d'outre-Atlantique. La chaîne CBS, qui a payé 375 millions de dollars (2,4 milliards de francs) de droits télévisés, enregistre une baisse de 30 % de son audience. Il est vrai qu'avec seulement 13 médailles, dont 6 d'or, les Américains n'ont pas été à la hauteur.

Au contraire du skieur Hermann Maier. L'Autrichien, bien que victime d'une spectaculaire chute lors de la descente, réussit une belle performance en gagnant l'or du super-G et du géant, faisant de lui un des héros de ces Jeux.