Bruno Mingeon Raphaël Poirée Carole Montillet Brian Joubert Doriane Vidal Vincent Vittoz
Le guide de l'athtète
Le guide anti-dopage

Le site du CNOSF
Historique des jeux olympiques d'hiver > Lillehammer 1994 >

Lillehammer 1994 : le fait

1924


1932


1948


1956


1964


1972


1980


1988


1994


2002



Harding-Kerrigan : le mauvais feuilleton

Tout commence le 6 janvier à Detroit, où se tiennent les Championnats des Etats-Unis de patinage artistique. Nancy Kerrigan, troisième des JO et vice-championne du monde en 1992, quitte la glace. Brusquement, un homme se rue sur elle et lui assène un violent coup de matraque juste au-dessus du genou. L'inconnu s'enfuit. La patineuse s'effondre en hurlant de douleur.

Deux jours plus tard, Tonya Harding, la grande rivale de Kerrigan, remporte le titre.


De son côté, la police n'est pas inactive et s'intéresse de près à l'entourage de Tonya Harding. Moins d'une semaine après l'agression, le garde du corps de Harding, Shawn Eckardt, reconnaît avoir organisé l'opération avec deux amis, et avec Jeff Gillooly (photo), l'ex-mari de la patineuse.

Pendant longtemps, Tonya Harding prétendra ne pas avoir été au courant. Passant à la contre-attaque, elle engage des poursuites contre le comité olympique américain, l'USOC, auquel elle réclame 25 millions de dollars (130 millions de francs) si elle n'est pas sélectionnée pour les Jeux de Lillehammer.

Voulant éviter d'aller en justice, l'USOC cède et retient Harding pour les JO si celle-ci retire sa plainte. Ce qu'elle fait.


Destins croisés
Dès le début de l'affaire, les médias du monde entier se déchaînent. Et les Américains se délectent aux récits des destins croisés de Nancy la gentille, dont le papa soudeur a exercé jusqu'à trois métiers simultanément pour payer les leçons de patinage de sa fille, et de Tonya la méchante, que sa mère divorcée a eue avec son cinquième mari, un père qui a appris à sa fille à chasser et à démonter un moteur.


Quand il devient certain que les deux Américaines patineront à Lillehammer - Nancy Kerrigan s'est rétablie entretemps -, la frénésie s'empare de la presse américaine qui ne se tient plus d'impatience en attendant le premier entraînement où Nancy et Tonya vont se côtoyer sur la glace (photo 1).

Comble de malchance, cet entraînement est programmé sur la petite patinoire, qui peut accueillir tout au plus deux cents journalistes alors qu'il en faudrait le triple. Mais les organisateurs norvégiens veulent désamorcer l'affaire et maintiennent le programme. La séance se déroulera sans incident sur la glace.



La montagne accouchera finalement d'une souris. Nancy Kerrigan (photo 2) reviendra de Lillehammer avec une médaille d'argent, devancée par la poupée ukrainienne Oksana Baiul, Harding avec une modeste huitième place. Ultime incident, Harding s'est présentée en retard pour le programme libre, a commencé à patiner, s'est arrêtée 45 secondes après, expliquant aux juges qu'un de ses lacets était cassé avant d'être autorisée à repatiner (photo 3).

Triste sortie pour cette surdouée qui fut la deuxième femme au monde à réussir un triple axel. Pitoyable épilogue d'un mauvais feuilleton.