Bruno Mingeon Raphaël Poirée Carole Montillet Brian Joubert Doriane Vidal Vincent Vittoz
Le guide de l'athtète
Le guide anti-dopage

Le site du CNOSF
Historique des jeux olympiques d'hiver > Albertville 1992 >

Albertville 1992 : les anecdotes

Pari

Les Jeux d'Albertville ont coûté 100 dollars à Jean-Claude Killy. Le triple médaillé d'or de Grenoble avait parié cette somme avec Juan Antonio Samaranch, le président du CIO, affirmant qu'il ne reviendrait pas sur sa démission de président du comité d'organisation.


Petite phrase

"Ce qu'il faudrait, c'est organiser les jeux Olympiques. Tout irait mieux." Cette petite phrase est lancée par Michel Barnier (photo, à gauche) à Jean-Claude Killy (photo, à droite), alors que le député de l'Isère et le champion skient ensemble le 5 décembre 1981, en évoquant les difficultés d'accès en Savoie. Plus de dix ans après, Albertville accueille les Jeux.



Médailles

Au lieu d'être en vermeil plaqué d'or, d'argent ou de bronze, les médailles (photo) sont en cristal, serties des trois métaux habituels. En creux au dos de la médaille a été gravé un paysage de montagne et les 5 anneaux olympiques apparaissent au premier plan.


Ola présidentielle

Se mettant à l'unisson de la chaude ambiance de la cérémonie d'ouverture, le président François Mitterrand (photo, à gauche) se joint à la ola du public.



Déception

Rêvant d'un second doublé d'affilée pour leur idole Alberto Tomba, les Italiens avaient déjà rebaptisé la station française : "Albertoville". Déception, "Tomba la Bomba" ne gagne "que" le géant (photo).




Avant-garde

Un jeune chorégraphe de 30 ans, Philippe Découfflé (photo), conçoit et met en scène une cérémonie d'ouverture avant-gardiste mêlant des mobiles humains suspendus à une grue, qui jouent du tambour, des hockeyeurs-échassiers ou encore un skieur assis sur un télésiège qui survole le public. Un spectacle déroutant pour certains mais jugé fascinant par la majorité.



Déception (bis)

En 1991, Isabelle et Paul Duchesnay avaient été champions du monde de danse sur glace. A Albertville, les Franco-Canadiens (photo) sont devancés par les Russes Marina Klimova et Sergueï Ponomarenko. La France connaît sa plus grosse déception des Jeux d'Albertville. Jusqu'au bout, les Duchesnay restent les mal-aimés des juges qui leur font payer leur style révolutionnaire.



Refonte

Du changement en ski de fond. Chez les messieurs, le 10 km classique fait son apparition, de même que la poursuite 15 km, disputée en style libre, pour laquelle les concurrents partent dans l'ordre du classement du 10 km et en respectant les écarts enregistrés dans cette course. Trois innovations chez les dames : la poursuite 10 km, le 15 km classique et le 30 km libre.