Bruno Mingeon Raphaël Poirée Carole Montillet Brian Joubert Doriane Vidal Vincent Vittoz
Le guide de l'athtète
Le guide anti-dopage

Le site du CNOSF
Historique des jeux olympiques d'hiver > Calgary 1988 >

Calgary 1988 : résumé

1924


1932


1948


1956


1964


1972


1980


1988


1994


2002



Les Jeux du blanc au pays de l'or noir
Un ancien comptoir des Rocheuses
Quatre ans après avoir côtoyé les minarets des mosquées de Sarajevo, les Jeux d'hiver changent de décor et font escale au pays de l'or noir, à Calgary, la plus grande ville de l'Alberta. Grande nation de sports d'hiver, le Canada accueille enfin les Jeux.


Un siècle plus tôt, Calgary n'était qu'un comptoir des Rocheuses parmi tant d'autres. Mais le pétrole est passé par là et cette cité-champignon, surnommée "la Dallas du nord", connaît un véritable boom démographique et économique. Elle compte 700.000 habitants quand elle reçoit les 15es JO d'hiver.


Les Jeux continuent de croître : 1423 athlètes (+ 150 par rapport à Sarajevo), 16 jours de compétitions (+ 4), 46 épreuves (+ 7), 57 pays engagés (+ 8) et 300 millions de dollars US de droits de télévision (+ 198).

Les installations donneront satisfaction, malgré l'éloignement des sites : Nakiska pour le ski alpin et Canmore pour le ski de fond sont à une centaine de kilomètres de Calgary.

Trois jours avant la cérémonie d'ouverture (photo), il fait - 25° à Calgary. Mais le chinook, vent chaud du Pacifique, franchit les Rocheuses, la température redevient positive. Ce n'est toutefois pas ce redoux qui contraindra les organisateurs à repousser la descente masculine, mais les rafales de vent, mesurées à 100 km/h.


Le triplé unique de Nykaenen


Le ski alpin couronne de grands champions : le fantasque Italien Alberto Tomba et la discrète Suissesse Vreni Schneider (photo 1), tous deux vainqueurs du slalom et du géant, et le Français Franck Piccard (photo 2), vainqueur du premier super-G de l'histoire des JO.



Le Finlandais Matti Nykaenen (photo 3) réussit un triplé unique en saut à skis en gagnant le grand et le petit tremplin, ainsi que l'épreuve par équipes.



La reine de l'anneau de vitesse (le premier couvert de l'histoire des Jeux) est la Néerlandaise Yvonne van Gennip (photo 4), triple médaillée d'or sur 1500, 3000 et 5000 m.



En patinage artistique, l'Américain Boitano devance le Canadien Orser et gagne "la bataille des Brian", tandis que Katarina Witt sort victorieuse du duel des Carmen qui l'opposait à l'Américaine Debi Thomas. Toutes deux patinaient sur la musique de Bizet.


Mais beaucoup garderont de ces Jeux le souvenir d'un homme à terre. Toute l'Amérique pleure en effet en voyant Dan Jansen (photo 5) tomber dans le 500 m sur l'anneau de vitesse, quelques heures après avoir appris que sa soeur venait de mourir de la leucémie..



D'autres se rappelleront le plâtrier anglais Eddie Edwards (photo 6) qui, lui, prête à sourire. A chaque saut en effet, la foule se demande s'il ne va pas se désintégrer à l'arrivée tant son style est pitoyable. De même, les bobeurs jamaïcains (photo 7) suscitent la sympathie, eux qui n'avaient jamais vu de neige de leur vie et qui ont financé leur expédition en vendant des t-shirts. Leur aventure donnera lieu à un film : "Cool Runnings" ("Rasta Rocket" en français).