Bruno Mingeon Raphaël Poirée Carole Montillet Brian Joubert Doriane Vidal Vincent Vittoz
Le guide de l'athtète
Le guide anti-dopage

Le site du CNOSF
Historique des jeux olympiques d'hiver > Lake Placid 1980 >

Lake Placid 1980 : l'exploit

1924


1932


1948


1956


1964


1972


1980


1988


1994


2002



Heiden for ever

Eric Heiden a annoncé la couleur : l'or. Or de sa combinaison qui met en valeur sa puissante musculature sur l'anneau de Lake Placid. Or des cinq médailles qu'il entend gagner dans les épreuves olympiques de patinage de vitesse, pour un grand chelem inédit.

A 21 ans, Eric Heiden a le courage de ses ambitions. Il faut dire qu'il a été champion du monde toutes distances les trois années précédentes.


Quand il se met en piste pour le 500 m, le 15 février, Heiden (photo) sait que c'est la course où il est le plus menacé. Il a été désigné pour courir dans la première paire, avec Evgueni Koulikov, détenteur du record du monde.

Le Soviétique part un peu mieux que l'Américain. Lors du sprint final, disputé au coude à coude, Koulikov commet une légère erreur dans le dernier virage. Heiden est champion olympique. Et d'une !


Le lendemain, le patineur du Wisconsin accroche le scalp d'un autre recordman du monde à sa ceinture, celui du Norvégien Kai Arne Stenshjemmet devancé de près d'une seconde. Et de deux !

Trois jours de répit et voici Eric Heiden face à son nouveau défi, le 1000 m. Aucune frayeur pour l'Américain, qui relègue le Canadien Gaétan Boucher à une seconde et demie. Et de trois !


Réveil en catastrophe

C'est en recordman du monde sûr de lui qu'Eric Heiden (photo) se présente au départ du 1500 m, le surlendemain. Vers la mi-course, il connaît la seule frayeur de ces Jeux, quand il évite de peu la chute en raison d'une légère ornière dans la glace. En virtuose, il rétablit la situation et bat de nouveau Stenshjemmet. Et de quatre ! Grand chelem en vue.


Heiden a 48 heures pour récupérer avant le 10.000 m. A lui le repos... Oui mais voilà, Heiden a deux copains hockeyeurs, originaires comme lui de Madison, qui livrent "le" match des Jeux face à l'URSS, la veille de sa dernière course.

Il va au stade, assiste au "miracle sur la glace". Encore sous le coup de la victoire inattendue des Etats-Unis, il a du mal à échapper à l'ambiance de folie qu'elle a suscitée. Dans sa chambre, le sommeil le fuit. A tel point qu'il ne se réveille pas le matin.


Levé à 6h30
"J'étais censé me lever à 6h30, se souvient-il. A 7h40, j'ai été réveillé par des coups à ma porte : tout le monde se demandait où j'étais passé." Il arrive tout de même à temps à l'anneau de vitesse. Patinant dans la deuxième paire, il s'impose facilement en battant le record du monde de plus de 6 secondes.


Eric Heiden (photo) a réussi son invraisemblable pari. Ce jeune homme qui n'attache pas une énorme importance aux médailles ("Quand je serai vieux, je pourrai toujours les vendre si j'ai besoin d'argent") appartient désormais à l'histoire de l'Olympisme. Aucun sportif n'a gagné cinq médailles d'or individuelles aux mêmes JO.

Il faudra attendre le gymnaste du Bélarus Vitali Scherbo et ses cinq titres individuels des JO de Barcelone (plus un par équipes) pour revoir pareil exploit.