Bruno Mingeon Raphaël Poirée Carole Montillet Brian Joubert Doriane Vidal Vincent Vittoz
Le guide de l'athtète
Le guide anti-dopage

Le site du CNOSF
Historique des jeux olympiques d'hiver > Lake Placid 1980 >

Lake Placid 1980 : le fait

1924


1932


1948


1956


1964


1972


1980


1988


1994


2002



La politique s'invite à Lake Placid

Les Jeux de Lake Placid furent les plus "politiques" de tous les Jeux d'hiver. C'est en effet lors de la Session du CIO qui se tint dans la station des Appalaches, à quelques jours de la cérémonie d'ouverture, que le secrétaire d'Etat américain Cyrus Vance informa officiellement le CIO que les Etats-Unis appelaient au boycottage des Jeux d'été de Moscou.

Le président américain Jimmy Carter entendait ainsi protester contre l'invasion de l'Afghanistan par les troupes soviétiques en décembre 1979.

Quatre ans plus tôt, plusieurs pays africains avaient boycotté les JO de Montréal pour s'élever contre la présence aux Jeux de pays ayant eu des contacts sportifs avec l'Afrique du Sud, où la politique de l'apartheid battait son plein. Un second boycottage se profilait donc à l'horizon.

Curieusement, il ne fut jamais question pour les pays d'Europe de l'est de boycotter ces 13es Jeux d'hiver. Mieux, l'URSS et la RDA s'y montrèrent plus dominatrices que jamais.


Une Chine chasse l'autre
Dans ce contexte de guerre froide, la victoire surprise des hockeyeurs américains sur leurs homologues de l'URSS, grands favoris du tournoi olympique, eut un retentissement considérable. Malgré l'immense déception de la défaite (4-3), les Soviétiques félicitèrent leurs vainqueurs, geste méritoire dans le climat de tension extrême de l'époque.

Pourtant, il y eut des absents : les 28 représentants de Taïwan, retirés des compétitions par les officiels de leur pays. En avril 1979, le CIO avait reconnu le comité olympique chinois de Pékin. Sans exclure celui de Taïwan, il avait demandé officiellement à celui-ci, en novembre 1999, de changer de nom, d'hymne et de drapeau.


Les dirigeants de Taïwan ne pouvaient se plier à ces requêtes. Une action en justice auprès de la Cour d'Appel de New York ayant échoué, ils décidaient de ne pas aligner leurs athlètes (photo).

Ce fut le seul boycottage de l'histoire des Jeux d'hiver.