Bruno Mingeon Raphaël Poirée Carole Montillet Brian Joubert Doriane Vidal Vincent Vittoz
Le guide de l'athtète
Le guide anti-dopage

Le site du CNOSF
Historique des jeux olympiques d'hiver > Oslo 1952 >

Oslo 1952 : le fait

1924


1932


1948


1956


1964


1972


1980


1988


1994


2002



Les Jeux et la Norvège en fête

En confiant, en 1947, l'organisation des Jeux d'hiver de 1952 à Oslo, les membres du CIO ne s'étaient pas trompés. Les sports de neige et de glace ne pouvaient pas se sentir plus chez eux qu'en Norvège, le pays où le ski de fond est roi, le patinage de vitesse un sport national.

Quatre ans après Saint-Moritz, ces deuxièmes Jeux d'hiver de l'après-guerre furent ceux de la joie et de la réconciliation, puisque l'Allemagne et le Japon, absents en Suisse, faisaient leur retour dans la famille olympique.


Pour célébrer l'événement, les Norvégiens battirent le rappel de leurs vieilles gloires, de Fridtjof Nansen (photo) à Sondre Nordheim.

Explorateur et naturaliste, le premier traversa le Groenland à skis à la fin du 19e siècle et obtint le Prix Nobel de la Paix. Ce fut son petit-fils Eigil qui enflamma la vasque olympique.



Public sportif et connaisseur
Fils de paysan, Nordheim fut "l'inventeur" du saut à skis de compétition : il eut le premier l'idée que la réception devrait se faire sur une pente et non sur un terrain plat. Il conçut et réalisa par ailleurs la première fixation. Pour lui rendre hommage, la flamme fut allumée à Morgedal, son village natal, situé dans la province de Telemark, où se tinrent les premières compétitions de ski.

Plus de 500.000 spectateurs connaisseurs et enthousiastes suivirent les compétitions, applaudissant leurs favoris, mais félicitant sportivement les champions des autres pays. Pour que la fête soit complète, il fallait que les Norvégiens gagnent. Ils furent fidèles au rendez-vous des médailles d'or, montant à 7 reprises sur la plus haute marche du podium.


A Holmenkollen près d'Oslo, haut lieu du ski nordique, ils furent plus de 150.000 à se presser autour du célèbre tremplin pour acclamer le doublé des sauteurs norvégiens. Pendant trois jours, un Bislett archicomble vibra aux exploits de Hjalmar Andersen (photo), un camionneur, sacré triple champion olympique en patinage de vitesse.


Accueil chaleureux, organisation irréprochable, public de rêve, ces Jeux laissèrent un excellent souvenir aux participants. Préfigurant ceux de Lillehammer, 42 ans plus tard.